Premiers jours, et j'ai un Maître.

posté le 30 March 2012 à 13:18

J'absorbe le décalage horaire, et ai passé la journée d'hier à me promener dans New-York. La visite de Columbia et les rencontres avec les professeurs est prévue dans deux heures, et ça va durer deux jours.

Tiens, d'ailleurs, le premier professeur avec qui j'ai un entretien s'appelle Adam. Adam Cannon.

Oh, et ce qui ne gâte rien, j'ai la confirmation à distance que, modulo la soutenance de mon stage à venir, j'ai obtenu mon Master. Il me fallait 30 ECTS, j'en ai 32.

Notes de M2

Joie. Bon, la modélisation algébrique des structures informatiques de la linguistique, qui n'est ni de l'informatique ni de la linguistique (mais qu'est-ce ?! Toujours pas compris.), on oublie.

tags : master, new york

Avion dans 5 heures.

posté le 28 March 2012 à 06:50

tags : new york

Réponses au compte-goutte.

posté le 11 February 2012 à 11:30

PhD Applications (Computer Science)

No   CMU (Carnegie Mellon)
Check.   Columbia
No   MIT
Check.   NYU
No   Princeton
No   Stanford University
No   UC Berkeley
Check.   UC San Diego

Merde pour Stanford  ... Ça flanque un léger coup au moral.

tags : phd

We fucked up 2011...

posté le 02 January 2012 à 13:32

Let's do it again!

(Et meilleurs voeux à tous, en attendant la fin du monde.)
(Ce ne sera pas long.)


Appliquons-nous !

posté le 15 December 2011 à 16:41

PhD Applications (Computer Science)

Check.   CMU (Carnegie Mellon)
Check.   Columbia
Check.   MIT
Check.   NYU
Check.   Princeton
Check.   Stanford University
Check.   UC Berkeley
Check.   UC San Diego

Reste plus qu'à attendre mars, pour savoir si je reviens de mon stage début septembre pour repartir une semaine plus tard.


Mais où est donc passé le temps où j'en avais ?

posté le 20 November 2011 à 21:16

(Mauvais esprits, mes excuses - le titre parle de temps, et non de génitoires)

Ces dernières semaines, j'ai passé le plus clair de mon temps à travailler et le moins clair dans l'ombre. Entre la troisième année de Centrale où, étrangement, les doigts de pieds en éventail n'ont plus vraiment la cote (du moins en option maths appliquées, avec tous les futurs financiers qui veulent leur part du gâteau), le master d'informatique théorique où je me retrouve avec essentiellement des normaliens, des Polonais et des Grecs; et tout le reste -  code, GRE, TOEFL, dssiers de candidatures pour PhD, encore GRE mais "Computer Science",  recherche de stage, "mais vous donnez des devoirs, en plus, monsieur ?", cours et colles à donner pour éviter que mon banquier ne me les arrache (pas le temps, cette fois, mais bien les génitoires). C'est assez intense.

Heureusement, j'ai trouvé un stage [1] - il ne me reste qu'à trouver le sujet, le logement à New-York, faire les formalités de visa et compagnie ; j'ai eu mon code - plus qu'à passer le permis, et donc à conduire ; fait mes "homework assignments" - plus qu'à passer les partiels, ah mais tiens c'est mercredi ; eu un score assez correct au GRE et TOEFL - plus qu'à attendre celui de GRE CS; obtenu des lettres de recommendations - plus qu'à faire le reste des 8 dossiers de candidature ...

L'école ? Vivement la prépa, qu'on se repose. N'empêche, je ne m'ennuie pas.

[1] et même deux, soit un de trop.

 


Si c'est comme ça, je me casse. Na.

posté le 09 November 2011 à 21:58

(Avril !)

tags : new york

Il y a un problème, je crois ...

posté le 06 September 2011 à 22:53

... avec le nombre d'heures qu'une journée comporte.

Emploi du temps


Thrice

posté le 05 August 2011 à 08:38

Après une (trop) longue période d'écoute de chansons joyeuses - Leonard Cohen, The Avett Brothers, Damien Rice, entre autres, je me suis décidé à m'essayer à la chanson. Doté par ailleurs des aptitudes musicales d'une bernique  (j'ai peu ou prou le même sens du rythme qu'un compteur Geiger à Fukushima), je pars avec un léger handicap.

Ce qui va suivre, deux ou trois lignes plus bas, est le résultat - susceptible de changements, si le temps le permet. Je le mets uniquement pour que des hordes de sublimes donzelles de l'Internet, aux bras blancs et cheveux soyeux, viennent me demander, émues aux larmes et émerveillées par mon talent, de venir contempler leur collection d'estampes japonaises - que voulez-vous, j'ai beau me contrecarrer des estampes japonaises, on a les  phantasmes qu'on peut se permettre.
Et puis j'aimerais votre avis, aussi. Accessoirement.

I
Whisper your name once, twice, thrice
And then wait for you to appear
I've done my share
I did my best
But believe me it's cold up there
Ripped off my lungs and froze my tongue
I speak no more - this is my song
Though i have learnt to dance alone
You should never
        (oh, but you did
        and took everything i had
        and still too heavy was the rest)
You should never, ever have gone
        (oh, but the scar
        is still livid)

Please just tell me when you'll come
Please just tell me where you are
Because i find it hard to breathe
And your green eyes they fade away

I
Summon your name once, twice, thrice
And then pray for you to appear
I wasn't bad
Not yet at least - not in those times
But when the bottles are empty
And no Santa Claus in the chimes
When the morning tastes of whiskey
(alcohol and pain and no tear)
Yes, when the heavens were empty
No, Virginia, no Santa Claus
I made a deal
It didn't work
My soul was all yours already

Please just tell me when you'll come
Please just tell me who you are
Because i find it hard to live
And your gray eyes they fade away

I
Forget your name once, twice, thrice
And then laugh while you disappear
I wasn't mad
Not yet at least - not at that time
I'd have laid down my life for you
I'd have forsaken anyone
But when the battles are empty
And no temptation in the crime
(give up and betray and disown)
Here is the man
Yes here i am
Because it was too hard to breathe
And i needed to find a way

Please just tell me why you'll come
Please just tell me who you are
'Cos i find it hard to believe
And your blue eyes they fade away

Please just tell me why you'd come
Please just tell me who you were
'Cos i found it hard to believe
And your black eyes faded away

En guise de commentaire, il est sans doute approprié de préciser que certains passages pourraient paraître quelque peu abscons. C'est bourré de références plus ou moins obscures, snobisme oblige : que diable, on se chauffe au diamant ou on ne le fait pas.

tags : chanson, song, texte

Deathbird Stories

posté le 27 July 2011 à 10:46

"Deathbird Stories: A Pantheon of Modern Gods is a 1975 collection of short stories written by Harlan Ellison over a period of ten years."

Wikipedia.

Couverture

Ce que Wikipedia, par ailleurs si fiable, grand et beau, ne dit pas, c'est tout le reste : ce livre, conseillé par Neil Gaiman [1] dans la postface de Smoke and Mirrors, est une claque, en plus douloureux et quelque peu moins physique. La préface en donne le ton : après un caveat lector original,une page nous décrit le sujet, le fil directeur du recueil: Oblations at Alien Altars

"This group of stories deals with the new gods, with the new devils, with the modern incarnations of the little people and the wood sprites and the demons. The grimoires and Necronomicons of the gods of the freeway, of the ghetto blacks, of the coaxial cable; the paingod and the rock god and the god of neon; the god of legal tender, the god of business-as-usual and the gods that live in city streets and slot machines. The God of Smog and the God of Freudian Guilt. The Machine God." Soit. Mais encore ?

Mais encore ? La première nouvelle arrive. Inspirée du meurtre de Kitty Genovese, elle laisse le lecteur (enfin, moi) mal à l'aise, choqué, intrigué, désireux d'enchaîner avec la suite, la suite. Après une pause, histoire de respirer. Et "la suite, la suite", est à l'avenant : les nouvelles sont séparées par des aphorismes ou citations étranges, qui se laissent comprendre petit à petit au cours des textes ; les styles sont divers, les sujets aussi.

Winner of seven and a half Hugo and three Nebula awards, Harlan Ellison has long been regarded as one of America’s most brilliant and controversial writers.

Le quatrième de couverture.

Les références abondent : à la mythologie, à la littérature, aux textes sacrés ou apocryphes, à la science-fiction ou science tout court, et  même aux vieux films d'horreur des années 30. L'écriture, changeante, est parfois difficile, quelques nouvelles plutôt sybillines ("At the Mouse Circus" ?). Mais comme un édifice étrange, une cathédrale gothique d'où sortiraient d'étranges appendices métalliques et des lumières inquiétantes [2], l'ensemble est bien [3].
Intéressant.
Captivant.
Solide.
Bien.

 

[1] Auteur ayant reçu autant de prix littéraires prestigieux que la famine en Somalie de commentaires de BHL ; auteur entre autres de Coraline, American Gods, Good Omens (avec Terry Pratchett), Sandman (série de comic books), Anansi Boys, Neverwhere, Smoke and Mirrors, Stardust, et probablement la Bible également, mais je manque de preuves. À ce sujet (pas de la Bible, mais de la bibliographie susmentionnée), les amateurs de Lovecraft devraient apprécier Smoke and Mirrors, qui comporte énormément de références (voire de pastiches ou textes écrits à la manière de) à Cthulhu.
[2] Je m'enflamme.
[3] Entre autres, j'ai particulièrement apprécié "The Face of Helene Bournouw" ; mais je n'oserais pas dire que c'est la meilleure nouvelle du recueil - au moins dix d'entre elles pourraient prétendre à ce titre.
tags : critique, livre

Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 36 37
L'accueil de l'asile.fr Les blogs sur l'asile.fr S'abonner au flux RSS des articles

Rechercher

Quelques mots ...

Lecteur, avant toute chose, je me dois de t'avertir du contenu de cet encart. Je ne vais pas m'y étendre sur ce que je suis ou ne suis pas. Non pas pour ne pas t'ennuyer, c'est le cadet de mes soucis pour le moment, et puis ça arrivera tôt ou tard ; mais pour ne pas trop en dévoiler. Ce blog est le mien, et en tant que tel m'est dédié de long en large : me dépeindre — ou tenter de le faire — en quelques mots serait, plus qu'une erreur, un mauvais calcul. Et je déteste faire de mauvais calculs, ça me frustre.

Articles importants